Participez à la grande aventure scientifique du Décrypthon !

Bannière Décrypthon 2009

samedi 6 décembre 2008

Salade de boeuf à la thaï




Dans un article du Monde du 22 novembre intitulé "Ce n'est pas compliqué de bien manger", une chercheuse de l'Inserm, Michèle Darmon, explique qu'avec le docteur Michel Darmon (un lien de parenté... ???), elle propose deux nouveaux indices pour qualifier les aliments, l'indice SAIN (estimant les qualités nutritionnelles) et l'indice LIM (estimant les défauts nutritionnels). Chacun est calculé par un score, tenant compte de la teneur en vitamines, minéraux, fibres, acides gras essentiels pour le premier, de la teneur en sel en sucre et acides gras saturés pour le second. Les aliments de meilleure qualité sont ceux qui combinent un fort indice SAIN et un faible indice LIM.

Pas de chance pour moi, l'aliment champion en la matière est... l'huître ! Je déteste les huîtres. La légende familiale (oui dans ma famille on a beaucoup d'anecdotes sur mon compte...) veut qu'à trois ans, lors d'un repas de fête, on m'en a fait goûter et j'ai tellement aimé que j'en ai réclamé, jusqu'à en gober six en tout. Six que j'ai vues repasser à l'envers plus tard...
Je ne sais pas si c'est effectivement de ce premier contact malheureux que date mon dégoût, mais le fait est que les hauts le coeur me prennent à chaque nouvelle tentative. La dernière fois pas plus tard que le 21 octobre, pour ma fête, où au restaurant où Titi m'avait emmenée, j'ai commandé, "pour voir", des huîtres chaudes en entrée... Au passage, je recommande aux parisiens ce restaurant, l'Os à moëlle. En dessert Titi est fou de la quenelle de chocolat. Qui ne doit pas avoir un indice SAIN hyper élevé. Mais comme il a dû manger deux de mes trois huîtres...

Heureusement, derrière l'huître, figurent des aliments que j'aime : épinard, mâche, cresson, carotte ; persil frais et toutes les fines herbes en général ; maquereau, sardine, saumon ; tous les foies, les rognons ; kiwi, cassis, fraise.

Des foies de volailles poêlés, avec ail oignon et persil, déglacés au cognac et au vinaigre de vin, sur un lit de salade, c'est justement un de mes menus du soir quand je n'ai pas le temps de cuisiner. J'ai toujours des salades épluchées et lavées dans un torchon au frigo, et c'est facile de m'arrêter chez le boucher acheter 300g de foies de volailles (environ 4 euros le kilo) en rentrant tard du bureau.

La salade ci-dessous est un peu plus élaborée : elle est à base d'onglet, et je peux la faire quand je suis allée faire une razzia de produits frais chez Tang. S'il y en a, demandez de la hampe plutôt que de l'onglet. L'onglet est le muscle pilier du diaphragme, il est plus fibreux que la hampe, qui en est le muscle long. Mais comme c'est une pièce de choix, il n'en reste pas toujours.

Pour deux personnes :

- deux onglets d'environ 100g chacun, attendris par votre boucher,
- une belle salade,
- une poignée de germes de soja,
- du basilic thaï (à défaut, menthe et basilic),
- de la coriandre fraîche,
- du ngo pla (coriandre chinoise - vous pouvez vous en passer),
- une gousse d'ail,
- un morceau de gingembre,
- une cuillérée à soupe de sucre en poudre,
- le jus d'un citron vert,
- trois cuillérées à soupe de vinaigre de riz,
- trois cuillérées à soupe de nuoc mam.

Mettez à poêler la viande. Pendant ce temps, dressez la salade et les herbes fraîches dans deux assiettes.

Dans un bol, mettez les sauces, le jus et le sucre, remuez pour dissoudre ce dernier. Ajoutez l'ail et le gingembre épluchés, passés au presse-ail pour en extraire la pulpe. Mélangez bien.

Lorsque la viande est saisie, coupez la en petits morceaux, que vous passerez rapidement dans le bol. Dressez les morceaux de viande sur la salade. Arrosez de la sauce contenue dans le bol et dégustez immédiatement.

1 commentaire:

Miss Cookliquot a dit…

Bes les huitres moi non plus j'aime pas;)
Mais tu m'épates à chaques fois aves tes connaissances en boucherie!

Une jolie salade!! Miam!!!

Bisous**
Elo